Proposition de correction pour l’introduction du commentaire sur « une charogne » de Baudelaire.

           Charles Baudelaire est un poète du XIXème siècle que l’on considère comme l’ »inventeur » de la modernité. En effet, encore influencé par le Romantisme, il a cependant apporté un souffle nouveau sur les arts, tant dans ses thèmes que dans les formes qu’il exploite. Quand il publie son recueil Les Fleurs du Mal, en 1857, il fait scandale malgré lui, et subit un procès qui aboutira à la censure partielle de son œuvre. Le poème XXIX de la section « Spleen et Idéal » du recueil, qui s’intitule « Une charogne », est emblématique de l’esprit baudelairien. Nous verrons en quoi ce poème se démarque de la tradition poétique, en analysant tout d’abord la manière dont le poète embellit un objet ignoble, puis nous étudierons les réflexions éveillées par le poème sur l’amour, la mort, mais aussi sur la poésie.

This entry was posted in Archives, Révisions et Méthodologie d'Hubac and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *