Questionner un texte narratif.

GRILLE DE LECTURE – Questionner un texte narratif.

  1. Observer le PARATEXTE : le(s) titre(s), l’auteur, la date, la situation du texte dans l’œuvre (incipit, développement, dénouement).

  1. Quels sont les THÈMES abordés ? Y en a-t-il un qui domine le texte ? repérer et relever les CHAMPS LEXICAUX. (Outre le repérage du ou des thème(s), cela nous permet également de repérer d’emblée le(s) niveau(x) de langue, la polysémie de certains mots, des jeux de mots éventuels, des synonymes, etc. Bref, cela nous amène à être attentifs au vocabulaire choisi par l’auteur. Il s’agit donc aussi de s’assurer immédiatement de la compréhension de tous les termes, et de chercher dans le dictionnaire, quand cela est possible, tous les mots qui posent problème.)

    Quel type de discours domine ? Narratif ? Descriptif ? Entremêlement équilibré des deux ? + argumentatif? explicatif ? Injonctif ?

Un champ lexical est un ensemble de mots qui, dans un texte, se rapportent à une même notion. Quand on relève un champ lexical, il faut préciser à quelle notion les mots relevés se rapportent

  1. LIEU(X) et TEMPS (= époque) de l’action. Quel est le contexte spatio-temporel ?

  1. LA NARRATION :

    • Qui parle ? À qui ? (système énonciatif)

    • Observer les verbes (d’action ? d’état?), les temps des verbes, les valeurs des temps, et les effets produits par ces choix de l’auteur.

    • Analyser les procédés d’énonciation :

– pronoms personnels ;

– indices spatiaux (adverbes et noms de lieux, etc.) ;

– indices temporels (adverbes et noms de temps, etc.) ;

– termes appréciatifs ;

– niveau(x) de langue.

– S’il y a du dialogue rapporté : discours direct ? Indirect libre ? Indirect ?

Cela nous amène directement à nous poser le problème du ou des point(s) de vue narratif(s).

Le point de vue narratif est la façon dont le narrateur présente les faits qu’il rapporte. Que voit-il et comment voit-il ?

Ou bien il voit tout et il sait tout, y compris ce qui se passe en dehors des bornes du récit ; on dit alors que c’est un point de vue omniscient. C’est le plus courant. On parle aussi de focalisation zéro, car le narrateur est neutre.

Ou bien il ne voit qu’à travers les yeux d’un personnage ; on parle alors de point de vue ou focalisation interne.

Ou bien encore il est comme un témoin de ce qui se passe, mais extérieur à ce qui se passe ; il ne sait rien au départ ; on parle de point de vue ou focalisation externe.

  1. Étudier le ou les PERSONNAGES(S) impliqué(s) dans le passage. Que voit-on de leurs traits physiques ? De leur caractère moral ? Comment ces éléments de portraits sont-ils donnés dans le texte ? Où se situent les personnages par rapport à l’action racontée ? Sont-ils actifs ? Passifs ? Si plusieurs personnages sont évoqués, quelle est la nature de leur relation ?

    + Pour approfondir : que nous disent-ils, à nous lecteurs, de la vision que l’auteur a des êtres humains ?

  2. Repérer les ÉTAPES DU RÉCIT, ainsi que les ELLIPSES narratives, les prolepses (anticipation du futur, projection dans l’avenir) et analepses (retour en arrière, flash-back) éventuelles. Reformuler la ou les idée(s) principale(s). / Faire un RÉSUMÉ.

  1. Étudier le RYTHME :

– étudier la ponctuation ;

– repérer les énumérations ;

– repérer les répétitions, les reprises, les anaphores.

  1. Observer les FIGURES DE STYLE :

Assonance, allitérations, paronomases ;

Hyperboles, euphémismes ;

Antithèse (opposition de deux termes contradictoires dans un même énoncé), antiphrase (ironie, expression d’une idée par son contraire), oxymore, chiasme ;

images : comparaisons, métaphores (+métaphore filée), personnifications, allégories ;

métonymies, synecdoques, périphrases

Lorsqu’on relève une figure de style, il faut impérativement l’EXPLIQUER. Préciser quel est son sens ; dire quels sont les effets qu’elle produit, et ce qu’elle apporte au texte.

  1. Déterminer ce qui dans le texte est EXPLICITE et ce qui est IMPLICITE. Expliciter ce qui est implicite.

  1. Déterminer les ENJEUX esthétiques et littéraires du texte étudié. Pour cela, il faut connaître le contexte historique et culturel de l’écriture du texte. Identifier les influences éventuelles d’un ou de plusieurs mouvement(s) culturel(s).

This entry was posted in Révisions et Méthodologie d'Hubac and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *